LES RUINES D'AMIENS

Ruines du village d'Amiens (Comté d'Artois), détruit en février 1459
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Jeu de rimes

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
cdingue
Universitaire
avatar

Nombre de messages : 1595
Métier : Bouchère, ménestrelle, porte-parole de la mairie d'Amiens
Date d'inscription : 01/03/2007

Feuille de personnage
Intelligence:
255/255  (255/255)
Force:
255/255  (255/255)
Charisme:
255/255  (255/255)

MessageSujet: Re: Jeu de rimes   Dim 6 Jan - 3:20

Citation :
Par une journée ensoleillée,
Me promenant dans la forêt.

Mon regard se porta au ciel
Pour y apercevoir une hirondelle

Le printemps arrivait à grands pas
Les arbres bourgeonnaient ici bas

Une lueur soudain attira mon regard,
Sur la surface d'un lac tel un mirroir

M'approchant alors lentement,
Je pus appercevoir brievement

Le reflet étincelant de la lune
Perçant au milieu des dunes

Du brun sur de l'or...
Un tel paysage qui éclore

La nuit doucement tombait,
Le silence, autour de moi, se faisait...

La fraicheur m'engourdissait
Mais mon esprit résistait

Les yeux levés, je les ai fermés
Et dans un murmure, je peux crier

"Oh toi, bel astre de la nuit
Ne me laisse pas plonger dans l'ennui"

"N'es pas peur douce créature
De toi, je ferai un etre pur"

Je pris alors le chemin du retour,
Où m'attendait mon amour...

Et d'un simple baiser déposé
Je compris qu'il serait mon éternité.

Puis je sentis mon coeur s'envoler,
Et s'orienter vers de lointaine contrées.

Dans un souffle, tel une boême
Je lui dis: "je t'aime"

Et je la serre tout contre moi,
Comme si c'était la dernière fois...

Enfin, la voix de chagrin étranglé,
je lui susurre "mon amour, je doit te quitter..."

Et tel un souffle dans la brume,
J'ai disparu tel la vague sous l'écume.

La laisser là fut un supplice
Et plein de larmes, mes yeux se plissent

Mais l'inconnu je devais affronter
Pour enfin, tout son amour, mériter.

Et cet ainsi que, le coeur plein de remords,
Je pris la route de ce qui peut être me menera à la mort.

Mais je sais, qu'à la Faucheuse, sans détour,
Je saurai crier le nom de mon Amour.

Son souvenir au fond de mon coeur
Atténuera chaque jour mes pleures

Un jour, qui sait, peut-être demain
Je la retrouverai, au bout de mon chemin

Mais aujourd'hui, tel est mon destin
Vivre ou mourrir, le saurai-je demain ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vivyti
Cultivateur/trice
avatar

Nombre de messages : 55
Métier : Eleveur porcin.
Date d'inscription : 05/01/2008

Feuille de personnage
Intelligence:
1/20  (1/20)
Force:
4/20  (4/20)
Charisme:
3/20  (3/20)

MessageSujet: Re: Jeu de rimes   Dim 6 Jan - 3:38

Citation :
Par une journée ensoleillée,
Me promenant dans la forêt.

Mon regard se porta au ciel
Pour y apercevoir une hirondelle

Le printemps arrivait à grands pas
Les arbres bourgeonnaient ici bas

Une lueur soudain attira mon regard,
Sur la surface d'un lac tel un mirroir

M'approchant alors lentement,
Je pus appercevoir brievement

Le reflet étincelant de la lune
Perçant au milieu des dunes

Du brun sur de l'or...
Un tel paysage qui éclore

La nuit doucement tombait,
Le silence, autour de moi, se faisait...

La fraicheur m'engourdissait
Mais mon esprit résistait

Les yeux levés, je les ai fermés
Et dans un murmure, je peux crier

"Oh toi, bel astre de la nuit
Ne me laisse pas plonger dans l'ennui"

"N'es pas peur douce créature
De toi, je ferai un etre pur"

Je pris alors le chemin du retour,
Où m'attendait mon amour...

Et d'un simple baiser déposé
Je compris qu'il serait mon éternité.

Puis je sentis mon coeur s'envoler,
Et s'orienter vers de lointaine contrées.

Dans un souffle, tel une boême
Je lui dis: "je t'aime"

Et je la serre tout contre moi,
Comme si c'était la dernière fois...

Enfin, la voix de chagrin étranglé,
je lui susurre "mon amour, je doit te quitter..."

Et tel un souffle dans la brume,
J'ai disparu tel la vague sous l'écume.

La laisser là fut un supplice
Et plein de larmes, mes yeux se plissent

Mais l'inconnu je devais affronter
Pour enfin, tout son amour, mériter.

Et cet ainsi que, le coeur plein de remords,
Je pris la route de ce qui peut être me menera à la mort.

Mais je sais, qu'à la Faucheuse, sans détour,
Je saurai crier le nom de mon Amour.

Son souvenir au fond de mon coeur
Atténuera chaque jour mes pleures

Un jour, qui sait, peut-être demain
Je la retrouverai, au bout de mon chemin

Mais aujourd'hui, tel est mon destin
Vivre ou mourrir, le saurai-je demain ?

Et, lentement, dans son éternel balet,
Ma vie ne semble pas s'arrêter...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tiberre
Universitaire
avatar

Nombre de messages : 878
Age : 30
Date d'inscription : 05/04/2007

Feuille de personnage
Intelligence:
149/255  (149/255)
Force:
250/255  (250/255)
Charisme:
255/255  (255/255)

MessageSujet: Re: Jeu de rimes   Dim 6 Jan - 3:40

Citation :
Par une journée ensoleillée,
Me promenant dans la forêt.

Mon regard se porta au ciel
Pour y apercevoir une hirondelle

Le printemps arrivait à grands pas
Les arbres bourgeonnaient ici bas

Une lueur soudain attira mon regard,
Sur la surface d'un lac tel un mirroir

M'approchant alors lentement,
Je pus appercevoir brievement

Le reflet étincelant de la lune
Perçant au milieu des dunes

Du brun sur de l'or...
Un tel paysage qui éclore

La nuit doucement tombait,
Le silence, autour de moi, se faisait...

La fraicheur m'engourdissait
Mais mon esprit résistait

Les yeux levés, je les ai fermés
Et dans un murmure, je peux crier

"Oh toi, bel astre de la nuit
Ne me laisse pas plonger dans l'ennui"

"N'es pas peur douce créature
De toi, je ferai un etre pur"

Je pris alors le chemin du retour,
Où m'attendait mon amour...

Et d'un simple baiser déposé
Je compris qu'il serait mon éternité.

Puis je sentis mon coeur s'envoler,
Et s'orienter vers de lointaine contrées.

Dans un souffle, tel une boême
Je lui dis: "je t'aime"

Et je la serre tout contre moi,
Comme si c'était la dernière fois...

Enfin, la voix de chagrin étranglé,
je lui susurre "mon amour, je doit te quitter..."

Et tel un souffle dans la brume,
J'ai disparu tel la vague sous l'écume.

La laisser là fut un supplice
Et plein de larmes, mes yeux se plissent

Mais l'inconnu je devais affronter
Pour enfin, tout son amour, mériter.

Et cet ainsi que, le coeur plein de remords,
Je pris la route de ce qui peut être me menera à la mort.

Mais je sais, qu'à la Faucheuse, sans détour,
Je saurai crier le nom de mon Amour.

Son souvenir au fond de mon coeur
Atténuera chaque jour mes pleures

Un jour, qui sait, peut-être demain
Je la retrouverai, au bout de mon chemin

Mais aujourd'hui, tel est mon destin
Vivre ou mourrir, le saurai-je demain ?

Et, lentement, dans son éternel balet,
Ma vie ne semble pas s'arrêter

Je cours face a ma destiné
Où seul l'amour me fait continuer

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vivyti
Cultivateur/trice
avatar

Nombre de messages : 55
Métier : Eleveur porcin.
Date d'inscription : 05/01/2008

Feuille de personnage
Intelligence:
1/20  (1/20)
Force:
4/20  (4/20)
Charisme:
3/20  (3/20)

MessageSujet: Re: Jeu de rimes   Dim 6 Jan - 3:55

Citation :
Par une journée ensoleillée,
Me promenant dans la forêt.

Mon regard se porta au ciel
Pour y apercevoir une hirondelle

Le printemps arrivait à grands pas
Les arbres bourgeonnaient ici bas

Une lueur soudain attira mon regard,
Sur la surface d'un lac tel un mirroir

M'approchant alors lentement,
Je pus appercevoir brievement

Le reflet étincelant de la lune
Perçant au milieu des dunes

Du brun sur de l'or...
Un tel paysage qui éclore

La nuit doucement tombait,
Le silence, autour de moi, se faisait...

La fraicheur m'engourdissait
Mais mon esprit résistait

Les yeux levés, je les ai fermés
Et dans un murmure, je peux crier

"Oh toi, bel astre de la nuit
Ne me laisse pas plonger dans l'ennui"

"N'es pas peur douce créature
De toi, je ferai un etre pur"

Je pris alors le chemin du retour,
Où m'attendait mon amour...

Et d'un simple baiser déposé
Je compris qu'il serait mon éternité.

Puis je sentis mon coeur s'envoler,
Et s'orienter vers de lointaine contrées.

Dans un souffle, tel une boême
Je lui dis: "je t'aime"

Et je la serre tout contre moi,
Comme si c'était la dernière fois...

Enfin, la voix de chagrin étranglé,
je lui susurre "mon amour, je doit te quitter..."

Et tel un souffle dans la brume,
J'ai disparu tel la vague sous l'écume.

La laisser là fut un supplice
Et plein de larmes, mes yeux se plissent

Mais l'inconnu je devais affronter
Pour enfin, tout son amour, mériter.

Et cet ainsi que, le coeur plein de remords,
Je pris la route de ce qui peut être me menera à la mort.

Mais je sais, qu'à la Faucheuse, sans détour,
Je saurai crier le nom de mon Amour.

Son souvenir au fond de mon coeur
Atténuera chaque jour mes pleures

Un jour, qui sait, peut-être demain
Je la retrouverai, au bout de mon chemin

Mais aujourd'hui, tel est mon destin
Vivre ou mourrir, le saurai-je demain ?

Et, lentement, dans son éternel balet,
Ma vie ne semble pas s'arrêter

Je cours face a ma destiné
Où seul l'amour me fait continuer

Armé de cette amour, rien ne pourra m'arrêter,
Et, une fois mon triomphe complet, je reviendrais à mon aimée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tiberre
Universitaire
avatar

Nombre de messages : 878
Age : 30
Date d'inscription : 05/04/2007

Feuille de personnage
Intelligence:
149/255  (149/255)
Force:
250/255  (250/255)
Charisme:
255/255  (255/255)

MessageSujet: Re: Jeu de rimes   Dim 6 Jan - 4:13

Citation :
Par une journée ensoleillée,
Me promenant dans la forêt.

Mon regard se porta au ciel
Pour y apercevoir une hirondelle

Le printemps arrivait à grands pas
Les arbres bourgeonnaient ici bas

Une lueur soudain attira mon regard,
Sur la surface d'un lac tel un mirroir

M'approchant alors lentement,
Je pus appercevoir brievement

Le reflet étincelant de la lune
Perçant au milieu des dunes

Du brun sur de l'or...
Un tel paysage qui éclore

La nuit doucement tombait,
Le silence, autour de moi, se faisait...

La fraicheur m'engourdissait
Mais mon esprit résistait

Les yeux levés, je les ai fermés
Et dans un murmure, je peux crier

"Oh toi, bel astre de la nuit
Ne me laisse pas plonger dans l'ennui"

"N'es pas peur douce créature
De toi, je ferai un etre pur"

Je pris alors le chemin du retour,
Où m'attendait mon amour...

Et d'un simple baiser déposé
Je compris qu'il serait mon éternité.

Puis je sentis mon coeur s'envoler,
Et s'orienter vers de lointaine contrées.

Dans un souffle, tel une boême
Je lui dis: "je t'aime"

Et je la serre tout contre moi,
Comme si c'était la dernière fois...

Enfin, la voix de chagrin étranglé,
je lui susurre "mon amour, je doit te quitter..."

Et tel un souffle dans la brume,
J'ai disparu tel la vague sous l'écume.

La laisser là fut un supplice
Et plein de larmes, mes yeux se plissent

Mais l'inconnu je devais affronter
Pour enfin, tout son amour, mériter.

Et cet ainsi que, le coeur plein de remords,
Je pris la route de ce qui peut être me menera à la mort.

Mais je sais, qu'à la Faucheuse, sans détour,
Je saurai crier le nom de mon Amour.

Son souvenir au fond de mon coeur
Atténuera chaque jour mes pleures

Un jour, qui sait, peut-être demain
Je la retrouverai, au bout de mon chemin

Mais aujourd'hui, tel est mon destin
Vivre ou mourrir, le saurai-je demain ?

Et, lentement, dans son éternel balet,
Ma vie ne semble pas s'arrêter

Je cours face a ma destiné
Où seul l'amour me fait continuer

Armé de cette amour, rien ne pourra m'arrêter,
Et, une fois mon triomphe complet, je reviendrais à mon aimé.

Mais faiblesse et peur sont là
Cette victoire, je ne l'aurai pas.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
llyllu
Cultivateur/trice
avatar

Nombre de messages : 189
Age : 37
Date d'inscription : 15/06/2007

Feuille de personnage
Intelligence:
12/255  (12/255)
Force:
31/255  (31/255)
Charisme:
15/255  (15/255)

MessageSujet: Re: Jeu de rimes   Dim 6 Jan - 4:21

tiberre a écrit:
Citation :
Par une journée ensoleillée,
Me promenant dans la forêt.

Mon regard se porta au ciel
Pour y apercevoir une hirondelle

Le printemps arrivait à grands pas
Les arbres bourgeonnaient ici bas

Une lueur soudain attira mon regard,
Sur la surface d'un lac tel un mirroir

M'approchant alors lentement,
Je pus appercevoir brievement

Le reflet étincelant de la lune
Perçant au milieu des dunes

Du brun sur de l'or...
Un tel paysage qui éclore

La nuit doucement tombait,
Le silence, autour de moi, se faisait...

La fraicheur m'engourdissait
Mais mon esprit résistait

Les yeux levés, je les ai fermés
Et dans un murmure, je peux crier

"Oh toi, bel astre de la nuit
Ne me laisse pas plonger dans l'ennui"

"N'es pas peur douce créature
De toi, je ferai un etre pur"

Je pris alors le chemin du retour,
Où m'attendait mon amour...

Et d'un simple baiser déposé
Je compris qu'il serait mon éternité.

Puis je sentis mon coeur s'envoler,
Et s'orienter vers de lointaine contrées.

Dans un souffle, tel une boême
Je lui dis: "je t'aime"

Et je la serre tout contre moi,
Comme si c'était la dernière fois...

Enfin, la voix de chagrin étranglé,
je lui susurre "mon amour, je doit te quitter..."

Et tel un souffle dans la brume,
J'ai disparu tel la vague sous l'écume.

La laisser là fut un supplice
Et plein de larmes, mes yeux se plissent

Mais l'inconnu je devais affronter
Pour enfin, tout son amour, mériter.

Et cet ainsi que, le coeur plein de remords,
Je pris la route de ce qui peut être me menera à la mort.

Mais je sais, qu'à la Faucheuse, sans détour,
Je saurai crier le nom de mon Amour.

Son souvenir au fond de mon coeur
Atténuera chaque jour mes pleures

Un jour, qui sait, peut-être demain
Je la retrouverai, au bout de mon chemin

Mais aujourd'hui, tel est mon destin
Vivre ou mourrir, le saurai-je demain ?

Et, lentement, dans son éternel balet,
Ma vie ne semble pas s'arrêter

Je cours face a ma destiné
Où seul l'amour me fait continuer

Armé de cette amour, rien ne pourra m'arrêter,
Et, une fois mon triomphe complet, je reviendrais à mon aimé.

Mais faiblesse et peur sont là
Cette victoire, je ne l'aurai pas.

Mon coeur souffre tant,
J'ai si peur à cet instant...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vivyti
Cultivateur/trice
avatar

Nombre de messages : 55
Métier : Eleveur porcin.
Date d'inscription : 05/01/2008

Feuille de personnage
Intelligence:
1/20  (1/20)
Force:
4/20  (4/20)
Charisme:
3/20  (3/20)

MessageSujet: Re: Jeu de rimes   Dim 6 Jan - 4:38

Citation :
Par une journée ensoleillée,
Me promenant dans la forêt.

Mon regard se porta au ciel
Pour y apercevoir une hirondelle

Le printemps arrivait à grands pas
Les arbres bourgeonnaient ici bas

Une lueur soudain attira mon regard,
Sur la surface d'un lac tel un mirroir

M'approchant alors lentement,
Je pus appercevoir brievement

Le reflet étincelant de la lune
Perçant au milieu des dunes

Du brun sur de l'or...
Un tel paysage qui éclore

La nuit doucement tombait,
Le silence, autour de moi, se faisait...

La fraicheur m'engourdissait
Mais mon esprit résistait

Les yeux levés, je les ai fermés
Et dans un murmure, je peux crier

"Oh toi, bel astre de la nuit
Ne me laisse pas plonger dans l'ennui"

"N'es pas peur douce créature
De toi, je ferai un etre pur"

Je pris alors le chemin du retour,
Où m'attendait mon amour...

Et d'un simple baiser déposé
Je compris qu'il serait mon éternité.

Puis je sentis mon coeur s'envoler,
Et s'orienter vers de lointaine contrées.

Dans un souffle, tel une boême
Je lui dis: "je t'aime"

Et je la serre tout contre moi,
Comme si c'était la dernière fois...

Enfin, la voix de chagrin étranglé,
je lui susurre "mon amour, je doit te quitter..."

Et tel un souffle dans la brume,
J'ai disparu tel la vague sous l'écume.

La laisser là fut un supplice
Et plein de larmes, mes yeux se plissent

Mais l'inconnu je devais affronter
Pour enfin, tout son amour, mériter.

Et cet ainsi que, le coeur plein de remords,
Je pris la route de ce qui peut être me menera à la mort.

Mais je sais, qu'à la Faucheuse, sans détour,
Je saurai crier le nom de mon Amour.

Son souvenir au fond de mon coeur
Atténuera chaque jour mes pleures

Un jour, qui sait, peut-être demain
Je la retrouverai, au bout de mon chemin

Mais aujourd'hui, tel est mon destin
Vivre ou mourrir, le saurai-je demain ?

Et, lentement, dans son éternel balet,
Ma vie ne semble pas s'arrêter

Je cours face a ma destiné
Où seul l'amour me fait continuer

Armé de cette amour, rien ne pourra m'arrêter,
Et, une fois mon triomphe complet, je reviendrais à mon aimé.

Mais faiblesse et peur sont là
Cette victoire, je ne l'aurai pas.

Mon coeur souffre tant,
J'ai si peur à cet instant...

Et, dans ce déchaînement insensé,
Mon âme comme une feuille est lacérée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tiberre
Universitaire
avatar

Nombre de messages : 878
Age : 30
Date d'inscription : 05/04/2007

Feuille de personnage
Intelligence:
149/255  (149/255)
Force:
250/255  (250/255)
Charisme:
255/255  (255/255)

MessageSujet: Re: Jeu de rimes   Dim 6 Jan - 4:52

Citation :
Par une journée ensoleillée,
Me promenant dans la forêt.

Mon regard se porta au ciel
Pour y apercevoir une hirondelle

Le printemps arrivait à grands pas
Les arbres bourgeonnaient ici bas

Une lueur soudain attira mon regard,
Sur la surface d'un lac tel un mirroir

M'approchant alors lentement,
Je pus appercevoir brievement

Le reflet étincelant de la lune
Perçant au milieu des dunes

Du brun sur de l'or...
Un tel paysage qui éclore

La nuit doucement tombait,
Le silence, autour de moi, se faisait...

La fraicheur m'engourdissait
Mais mon esprit résistait

Les yeux levés, je les ai fermés
Et dans un murmure, je peux crier

"Oh toi, bel astre de la nuit
Ne me laisse pas plonger dans l'ennui"

"N'es pas peur douce créature
De toi, je ferai un etre pur"

Je pris alors le chemin du retour,
Où m'attendait mon amour...

Et d'un simple baiser déposé
Je compris qu'il serait mon éternité.

Puis je sentis mon coeur s'envoler,
Et s'orienter vers de lointaine contrées.

Dans un souffle, tel une boême
Je lui dis: "je t'aime"

Et je la serre tout contre moi,
Comme si c'était la dernière fois...

Enfin, la voix de chagrin étranglé,
je lui susurre "mon amour, je doit te quitter..."

Et tel un souffle dans la brume,
J'ai disparu tel la vague sous l'écume.

La laisser là fut un supplice
Et plein de larmes, mes yeux se plissent

Mais l'inconnu je devais affronter
Pour enfin, tout son amour, mériter.

Et cet ainsi que, le coeur plein de remords,
Je pris la route de ce qui peut être me menera à la mort.

Mais je sais, qu'à la Faucheuse, sans détour,
Je saurai crier le nom de mon Amour.

Son souvenir au fond de mon coeur
Atténuera chaque jour mes pleures

Un jour, qui sait, peut-être demain
Je la retrouverai, au bout de mon chemin

Mais aujourd'hui, tel est mon destin
Vivre ou mourrir, le saurai-je demain ?

Et, lentement, dans son éternel balet,
Ma vie ne semble pas s'arrêter

Je cours face a ma destiné
Où seul l'amour me fait continuer

Armé de cette amour, rien ne pourra m'arrêter,
Et, une fois mon triomphe complet, je reviendrais à mon aimé.

Mais faiblesse et peur sont là
Cette victoire, je ne l'aurai pas.

Mon coeur souffre tant,
J'ai si peur à cet instant...

Et, dans ce déchaînement insensé,
Mon âme comme une feuille est lacérée

Et dans un tourbillon sans fin
Seul, je meurs et m'éteint

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julatine
Universitaire
avatar

Nombre de messages : 896
Métier : Amoureuse, Lieutenant de l'Ost, bouchère.
Date d'inscription : 18/03/2007

Feuille de personnage
Intelligence:
57/255  (57/255)
Force:
168/255  (168/255)
Charisme:
45/255  (45/255)

MessageSujet: Re: Jeu de rimes   Dim 6 Jan - 16:09

Citation :
Par une journée ensoleillée,
Me promenant dans la forêt.

Mon regard se porta au ciel
Pour y apercevoir une hirondelle

Le printemps arrivait à grands pas
Les arbres bourgeonnaient ici bas

Une lueur soudain attira mon regard,
Sur la surface d'un lac tel un mirroir

M'approchant alors lentement,
Je pus appercevoir brievement

Le reflet étincelant de la lune
Perçant au milieu des dunes

Du brun sur de l'or...
Un tel paysage qui éclore

La nuit doucement tombait,
Le silence, autour de moi, se faisait...

La fraicheur m'engourdissait
Mais mon esprit résistait

Les yeux levés, je les ai fermés
Et dans un murmure, je peux crier

"Oh toi, bel astre de la nuit
Ne me laisse pas plonger dans l'ennui"

"N'es pas peur douce créature
De toi, je ferai un etre pur"

Je pris alors le chemin du retour,
Où m'attendait mon amour...

Et d'un simple baiser déposé
Je compris qu'il serait mon éternité.

Puis je sentis mon coeur s'envoler,
Et s'orienter vers de lointaine contrées.

Dans un souffle, tel une boême
Je lui dis: "je t'aime"

Et je la serre tout contre moi,
Comme si c'était la dernière fois...

Enfin, la voix de chagrin étranglé,
je lui susurre "mon amour, je doit te quitter..."

Et tel un souffle dans la brume,
J'ai disparu tel la vague sous l'écume.

La laisser là fut un supplice
Et plein de larmes, mes yeux se plissent

Mais l'inconnu je devais affronter
Pour enfin, tout son amour, mériter.

Et cet ainsi que, le coeur plein de remords,
Je pris la route de ce qui peut être me menera à la mort.

Mais je sais, qu'à la Faucheuse, sans détour,
Je saurai crier le nom de mon Amour.

Son souvenir au fond de mon coeur
Atténuera chaque jour mes pleures

Un jour, qui sait, peut-être demain
Je la retrouverai, au bout de mon chemin

Mais aujourd'hui, tel est mon destin
Vivre ou mourrir, le saurai-je demain ?

Et, lentement, dans son éternel balet,
Ma vie ne semble pas s'arrêter

Je cours face a ma destiné
Où seul l'amour me fait continuer

Armé de cette amour, rien ne pourra m'arrêter,
Et, une fois mon triomphe complet, je reviendrais à mon aimé.

Mais faiblesse et peur sont là
Cette victoire, je ne l'aurai pas.

Mon coeur souffre tant,
J'ai si peur à cet instant...

Et, dans ce déchaînement insensé,
Mon âme comme une feuille est lacérée

Et dans un tourbillon sans fin
Seul, je meurs et m'éteint

Je ne pus voire la lame,
Qui sans pitié faucha mon ame.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vivyti
Cultivateur/trice
avatar

Nombre de messages : 55
Métier : Eleveur porcin.
Date d'inscription : 05/01/2008

Feuille de personnage
Intelligence:
1/20  (1/20)
Force:
4/20  (4/20)
Charisme:
3/20  (3/20)

MessageSujet: Re: Jeu de rimes   Dim 6 Jan - 17:07

Citation :
Par une journée ensoleillée,
Me promenant dans la forêt.

Mon regard se porta au ciel
Pour y apercevoir une hirondelle

Le printemps arrivait à grands pas
Les arbres bourgeonnaient ici bas

Une lueur soudain attira mon regard,
Sur la surface d'un lac tel un mirroir

M'approchant alors lentement,
Je pus appercevoir brievement

Le reflet étincelant de la lune
Perçant au milieu des dunes

Du brun sur de l'or...
Un tel paysage qui éclore

La nuit doucement tombait,
Le silence, autour de moi, se faisait...

La fraicheur m'engourdissait
Mais mon esprit résistait

Les yeux levés, je les ai fermés
Et dans un murmure, je peux crier

"Oh toi, bel astre de la nuit
Ne me laisse pas plonger dans l'ennui"

"N'es pas peur douce créature
De toi, je ferai un etre pur"

Je pris alors le chemin du retour,
Où m'attendait mon amour...

Et d'un simple baiser déposé
Je compris qu'il serait mon éternité.

Puis je sentis mon coeur s'envoler,
Et s'orienter vers de lointaine contrées.

Dans un souffle, tel une boême
Je lui dis: "je t'aime"

Et je la serre tout contre moi,
Comme si c'était la dernière fois...

Enfin, la voix de chagrin étranglé,
je lui susurre "mon amour, je doit te quitter..."

Et tel un souffle dans la brume,
J'ai disparu tel la vague sous l'écume.

La laisser là fut un supplice
Et plein de larmes, mes yeux se plissent

Mais l'inconnu je devais affronter
Pour enfin, tout son amour, mériter.

Et cet ainsi que, le coeur plein de remords,
Je pris la route de ce qui peut être me menera à la mort.

Mais je sais, qu'à la Faucheuse, sans détour,
Je saurai crier le nom de mon Amour.

Son souvenir au fond de mon coeur
Atténuera chaque jour mes pleures

Un jour, qui sait, peut-être demain
Je la retrouverai, au bout de mon chemin

Mais aujourd'hui, tel est mon destin
Vivre ou mourrir, le saurai-je demain ?

Et, lentement, dans son éternel balet,
Ma vie ne semble pas s'arrêter

Je cours face a ma destiné
Où seul l'amour me fait continuer

Armé de cette amour, rien ne pourra m'arrêter,
Et, une fois mon triomphe complet, je reviendrais à mon aimé.

Mais faiblesse et peur sont là
Cette victoire, je ne l'aurai pas.

Mon coeur souffre tant,
J'ai si peur à cet instant...

Et, dans ce déchaînement insensé,
Mon âme comme une feuille est lacérée

Et dans un tourbillon sans fin
Seul, je meurs et m'éteint

Je ne pus voire la lame,
Qui sans pitié faucha mon ame.

Mon esprit à présent s'élève,
Quittant mon corps, comme dans un rêve.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julatine
Universitaire
avatar

Nombre de messages : 896
Métier : Amoureuse, Lieutenant de l'Ost, bouchère.
Date d'inscription : 18/03/2007

Feuille de personnage
Intelligence:
57/255  (57/255)
Force:
168/255  (168/255)
Charisme:
45/255  (45/255)

MessageSujet: Re: Jeu de rimes   Dim 6 Jan - 19:46

Par une journée ensoleillée,
Me promenant dans la forêt.

Mon regard se porta au ciel
Pour y apercevoir une hirondelle

Le printemps arrivait à grands pas
Les arbres bourgeonnaient ici bas

Une lueur soudain attira mon regard,
Sur la surface d'un lac tel un mirroir

M'approchant alors lentement,
Je pus appercevoir brievement

Le reflet étincelant de la lune
Perçant au milieu des dunes

Du brun sur de l'or...
Un tel paysage qui éclore

La nuit doucement tombait,
Le silence, autour de moi, se faisait...

La fraicheur m'engourdissait
Mais mon esprit résistait

Les yeux levés, je les ai fermés
Et dans un murmure, je peux crier

"Oh toi, bel astre de la nuit
Ne me laisse pas plonger dans l'ennui"

"N'es pas peur douce créature
De toi, je ferai un etre pur"

Je pris alors le chemin du retour,
Où m'attendait mon amour...

Et d'un simple baiser déposé
Je compris qu'il serait mon éternité.

Puis je sentis mon coeur s'envoler,
Et s'orienter vers de lointaine contrées.

Dans un souffle, tel une boême
Je lui dis: "je t'aime"

Et je la serre tout contre moi,
Comme si c'était la dernière fois...

Enfin, la voix de chagrin étranglé,
je lui susurre "mon amour, je doit te quitter..."

Et tel un souffle dans la brume,
J'ai disparu tel la vague sous l'écume.

La laisser là fut un supplice
Et plein de larmes, mes yeux se plissent

Mais l'inconnu je devais affronter
Pour enfin, tout son amour, mériter.

Et cet ainsi que, le coeur plein de remords,
Je pris la route de ce qui peut être me menera à la mort.

Mais je sais, qu'à la Faucheuse, sans détour,
Je saurai crier le nom de mon Amour.

Son souvenir au fond de mon coeur
Atténuera chaque jour mes pleures

Un jour, qui sait, peut-être demain
Je la retrouverai, au bout de mon chemin

Mais aujourd'hui, tel est mon destin
Vivre ou mourrir, le saurai-je demain ?

Et, lentement, dans son éternel balet,
Ma vie ne semble pas s'arrêter

Je cours face a ma destiné
Où seul l'amour me fait continuer

Armé de cette amour, rien ne pourra m'arrêter,
Et, une fois mon triomphe complet, je reviendrais à mon aimé.

Mais faiblesse et peur sont là
Cette victoire, je ne l'aurai pas.

Mon coeur souffre tant,
J'ai si peur à cet instant...

Et, dans ce déchaînement insensé,
Mon âme comme une feuille est lacérée

Et dans un tourbillon sans fin
Seul, je meurs et m'éteint

Je ne pus voire la lame,
Qui sans pitié faucha mon ame.

Mon esprit à présent s'élève,
Quittant mon corps, comme dans un rêve.

Je l'entrevois encore une dernière fois,
Et tente de lui crier mon amour de toute ma voix.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alric83
Seigneur
Seigneur
avatar

Nombre de messages : 1787
Age : 44
Métier : Bienheureux époux de la merveilleuse Lisonlune
Date d'inscription : 05/04/2007

Feuille de personnage
Intelligence:
159/255  (159/255)
Force:
202/255  (202/255)
Charisme:
221/255  (221/255)

MessageSujet: Re: Jeu de rimes   Dim 6 Jan - 19:49

Citation :
Par une journée ensoleillée,
Me promenant dans la forêt.

Mon regard se porta au ciel
Pour y apercevoir une hirondelle

Le printemps arrivait à grands pas
Les arbres bourgeonnaient ici bas

Une lueur soudain attira mon regard,
Sur la surface d'un lac tel un mirroir

M'approchant alors lentement,
Je pus appercevoir brievement

Le reflet étincelant de la lune
Perçant au milieu des dunes

Du brun sur de l'or...
Un tel paysage qui éclore

La nuit doucement tombait,
Le silence, autour de moi, se faisait...

La fraicheur m'engourdissait
Mais mon esprit résistait

Les yeux levés, je les ai fermés
Et dans un murmure, je peux crier

"Oh toi, bel astre de la nuit
Ne me laisse pas plonger dans l'ennui"

"N'es pas peur douce créature
De toi, je ferai un etre pur"

Je pris alors le chemin du retour,
Où m'attendait mon amour...

Et d'un simple baiser déposé
Je compris qu'il serait mon éternité.

Puis je sentis mon coeur s'envoler,
Et s'orienter vers de lointaine contrées.

Dans un souffle, tel une boême
Je lui dis: "je t'aime"

Et je la serre tout contre moi,
Comme si c'était la dernière fois...

Enfin, la voix de chagrin étranglé,
je lui susurre "mon amour, je doit te quitter..."

Et tel un souffle dans la brume,
J'ai disparu tel la vague sous l'écume.

La laisser là fut un supplice
Et plein de larmes, mes yeux se plissent

Mais l'inconnu je devais affronter
Pour enfin, tout son amour, mériter.

Et cet ainsi que, le coeur plein de remords,
Je pris la route de ce qui peut être me menera à la mort.

Mais je sais, qu'à la Faucheuse, sans détour,
Je saurai crier le nom de mon Amour.

Son souvenir au fond de mon coeur
Atténuera chaque jour mes pleures

Un jour, qui sait, peut-être demain
Je la retrouverai, au bout de mon chemin

Mais aujourd'hui, tel est mon destin
Vivre ou mourrir, le saurai-je demain ?

Et, lentement, dans son éternel balet,
Ma vie ne semble pas s'arrêter

Je cours face a ma destiné
Où seul l'amour me fait continuer

Armé de cette amour, rien ne pourra m'arrêter,
Et, une fois mon triomphe complet, je reviendrais à mon aimé.

Mais faiblesse et peur sont là
Cette victoire, je ne l'aurai pas.

Mon coeur souffre tant,
J'ai si peur à cet instant...

Et, dans ce déchaînement insensé,
Mon âme comme une feuille est lacérée

Et dans un tourbillon sans fin
Seul, je meurs et m'éteint

Je ne pus voire la lame,
Qui sans pitié faucha mon ame.

Mon esprit à présent s'élève,
Quittant mon corps, comme dans un rêve.

Je l'entrevois encore une dernière fois,
Et tente de lui crier mon amour de toute ma voix.

Mais mon cri meurt, dans ma gorge,
Que ne sait plus que souffler, comme forge.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jeu de rimes   

Revenir en haut Aller en bas
 
Jeu de rimes
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Quand audition rime avec confession....
» Il est vrai qu'Arkeonik rime avec décapeur thermique.
» Krimesk le ... bon ok y'a aucunes rimes
» Des rimes à partir d'une image

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LES RUINES D'AMIENS :: Les Rues d'Amiens :: Quartier Notre Dame :: Bibliothéque d'Amiens 177 Grande rue des tisserands :: Bibliothéque d'Amiens :: Rayon Poésie : le coin des Ménestrels :: Archives-
Sauter vers: