LES RUINES D'AMIENS

Ruines du village d'Amiens (Comté d'Artois), détruit en février 1459
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 41 rue Haute des Tanneurs (chez Neo)

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 5, 6, 7 ... 9, 10, 11  Suivant
AuteurMessage
Scola
Cultivateur/trice
avatar

Nombre de messages : 9
Date d'inscription : 20/01/2009

MessageSujet: Re: 41 rue Haute des Tanneurs (chez Neo)   Lun 26 Jan - 21:20

Dès le matin, Scola se réveilla doucement. Une douce chaleur l'envahit. Néo était là contre lui.

Il sourit. Il l'aimait.

Il devait partir pour Varennes ce jour. Mais surtout il devait parler à une personne extraordinaire à son goût.

Elle dormait encore. Il profita de ses moments magnifiques pour la regarder.

Sa décision étaient prise mais il devait en parler avec elle. Peut-être changerait-elle ...

- Dors ma belle, dors. Nous parlerons ce soir ...

Il se leva car le travail l'attendait. Il l'embrassa tendrement sur son front pour ne pas la réveiller ...

Il fit un brin de toilette, mangea bien qu'il n'ait pas grand faim et partit heurex de l'avoir eue à ses côtés toute une nuit ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Neoexplorateur
Tribun
avatar

Nombre de messages : 371
Métier : Tisserande
Date d'inscription : 02/07/2008

Feuille de personnage
Intelligence:
255/255  (255/255)
Force:
255/255  (255/255)
Charisme:
255/255  (255/255)

MessageSujet: Re: 41 rue Haute des Tanneurs (chez Neo)   Mar 27 Jan - 6:57

Parti,
Scola était parti
Ce soir,
Après lui avoir redonné espoir
Avec amour,
De se retrouver dans quelques jours
Sereins,
Pour de nouveaux câlins…



Rentrée,
Seule après leur dernière soirée
Neo,
Retint un sanglot
Anéantie,
Trop vide était le lit
Dormir,
Avec l’odeur du souvenir…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Neoexplorateur
Tribun
avatar

Nombre de messages : 371
Métier : Tisserande
Date d'inscription : 02/07/2008

Feuille de personnage
Intelligence:
255/255  (255/255)
Force:
255/255  (255/255)
Charisme:
255/255  (255/255)

MessageSujet: Re: 41 rue Haute des Tanneurs (chez Neo)   Ven 6 Fév - 5:00

Neo déambule dans son logis… il est 2 heures du matin.
Tout est calme… trop…
Tout est vide… irrémédiablement…
Tout est faux… cruellement…
Tout est trouble… inévitablement…

Les larmes qui coulent sur ses joues rendent flou sa perception des choses, sa perception de la vie, sa perception de l’amour…



Elle sent qu’elle repartira bientôt, comme à chaque fois…
Douce délivrance… Délivrance des mots creux… Délivrance des illusions perdues…

Neo déambule dans son logis… il est 3 heures du matin.
Elle n’arrive pas à dormir…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 41 rue Haute des Tanneurs (chez Neo)   Ven 6 Fév - 7:44

John se décida à rendre visite à Neo une nouvelle fois malgré sa décision de ne plus jamais remettre les pieds (HRP.....sur ce forum à cause des réflexions de certains détraqueurs de jeu.Je suppose que je n'ai pas le droit de poster ici étant en prison)

Bonjour Neo
Comme la prison m'a aigrit encore un peu plus et a envenimer ma colère
je tenais quand même à te remercier pour les oranges.
J'attends donc la suite des procés en cours et je fait le mur pour trouver un peu de sympathie et de gentillesse.
Je te souhaite une bonne journée et je te dis à bientôt
Revenir en haut Aller en bas
Neoexplorateur
Tribun
avatar

Nombre de messages : 371
Métier : Tisserande
Date d'inscription : 02/07/2008

Feuille de personnage
Intelligence:
255/255  (255/255)
Force:
255/255  (255/255)
Charisme:
255/255  (255/255)

MessageSujet: Re: 41 rue Haute des Tanneurs (chez Neo)   Dim 8 Fév - 21:12

Au petit matin, alors qu’elle s’apprêtait à se rendre à son échoppe, Neo s’enfargea dans une roche, qui avait été déposée devant sa porte.
Elle avait failli tomber, et c’est passablement en colère qu’elle récupéra le papier qui avait été déposé sous la pierre.



Mais au fur et à mesure qu’elle lisait, un sourire se dessinait sur ses lèvres… John avait pris la peine de lui écrire un mot ! Quelle surprise, lorsqu’elle l’avait vu arriver en taverne, l’avant-veille. Il lui avait paru fatigué, vieilli, sombre. Malgré tout ce qu’il avait fait, malgré des torts évidents, malgré sa culpabilité, relative à plusieurs faits, elle n’arrivait pas à lui en vouloir, à le juger… Elle l’avait connu à une autre époque, avant qu’il ne soit l’homme amer, aigri et acariâtre qu’il était devenu… Il avait alors fière allure quoiqu’il se montrait parfois trop sûr de lui, vindicatif. Elle se souvenait du triste épisode où il avait décidé de faire d’elle « sa femme », sans le lui avoir demandé… Ce qu’elle était furibonde ! Et d’un autre sens, elle avait peur de lui, sans trop savoir pourquoi. Elle l’avait donc remercié poliment… mais congédié tout de même… Ce qui avait probablement causé à John une peine suffisante pour l’aigrir, car peu de temps après, il avait commencé ses méfaits, ou du moins, sa vie vagabonde. Il avait tout vendu et avait tenté de s’installer ailleurs, mais était revenu, peu de temps après, la harcelant sans cesse, surveillant ses moindres faits et gestes, vérifiant avec qui elle allait et narguant ses amis, surtout son cher Marno, qui avait été grandement échaudé… Elle se sentait coupable de ce dérèglement, malgré elle, malgré le bon sens qui lui disait que ce n’était pas sa faute… C’est à cause d’elle que John avait quitté Péronne et tenté de s’installer à Amiens… Mais elle l’avait rejeté…
Par la suite et au bout d’un certain temps, ils s’étaient à nouveau parlés et, tant bien que mal, Neo avait essayé de s’en faire un ami. Elle espérait l’apprivoiser, le radoucir, le tempérer, l’aider, si elle le pouvait. Peu à peu, au fil des rencontres, des liens s’étaient tissés entre eux, faisant en sorte que John, tout en continuant à être ce qu’il était, se montrait plus calme, plus serein. Et en plus, lors d’un moment particulièrement difficile, il avait même supporté et consolé Neo… À sa grande surprise… il lui avait fait du bien, même.
Mais il n’avait fallu qu’une phrase mal placée… une blague qui ressemblait à un reproche… pour qu’il coupe les ponts et se renferme à nouveau. Neo était atterrée ! Elle n’avait pas voulu le blesser, mais rien n’y faisait. C’est à partir de là que tout avait dégénéré… John s’est alors enlisé dans le crime, et il ne vivait plus que de ses larcins. Il venait parfois en taverne pour tenir des propos injurieux envers les gens qu’il rencontrait, écrivait un peu partout dans le but de blesser ou de faire réagir… Bref, après peu de temps, tout Amiens le détestait… le pourchassait… On voulait sa tête, sa mort ou son renvoi… Neo comprenait fort bien ces diverses réactions mais, tout en respectant les opinions de tous, ne pouvait y adhérer. Par contre, elle reconnaissait que John se montrait souvent maladroit et malhabile au niveau de la forme tout autant que du contenu.



Et hier soir, les tavernes étaient fermées… Il aurait probablement dû lui envoyer un pigeon, au lieu de quoi il était venu déposer cette lettre à sa porte…


Bonjour Neo
Comme la prison m'a aigri encore un peu plus et a envenimé ma colère,
je tenais quand même à te remercier pour les oranges.
J'attends donc la suite des procès en cours et je fais le mur pour trouver un peu de sympathie et de gentillesse.
Je te souhaite une bonne journée et je te dis à bientôt.




Les oranges… Neo sourit en se souvenant leur conversation d’il y a plusieurs semaines… Il lui avait expliqué les risques qu’il avait d’aller en prison et elle lui avait rétorqué, en riant, qu’elle irait lui porter des oranges… Et elle avait tenue parole, même si, à l’origine, c’était une blague. Elle lui en avait donné trois, pour ses trois jours restants… Et semblerait que ça lui avait fait plaisir.
Sympathie et gentillesse… C’est bien tout ce qu’elle pouvait lui apporter… Elle espérait seulement qu’il se raccroche à l’idée qu’au moins une personne ne le rejetait pas complètement… ne lui voulait pas de mal… seulement l’aider un peu et le supporter.
Naïve à souhait, elle espérait encore un miracle et se disait que son côté plus humain, bien dissimulé, pourrait peut-être ressortir à nouveau, un jour, si John reprenait confiance en la vie. En même temps, sa courte expérience lui avait enseigné que la méchanceté, chez la majorité des gens, n’était pas innée, mais acquise, et que des malheurs signifiants et répétés en étaient habituellement la cause. Donc, elle arrivait difficilement à dénigrer ces malheureux, plus portée à les plaindre et à tenter de les aider. C’était dans sa nature et, malgré d’amères expériences, elle ne désirait pas vraiment en changer.



Elle regarda le ciel… La journée s’annonçait sombre… Elle soupira, se demandant où il était, à l’heure actuelle… Sur les routes, probablement, détroussant à nouveau des passants ou des voyageurs…
Elle devra probablement prévoir d’autres oranges !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malbrouk
Cultivateur/trice
avatar

Nombre de messages : 152
Métier : bléiculteur, meunier et souleur
Date d'inscription : 02/09/2008

Feuille de personnage
Intelligence:
255/255  (255/255)
Force:
255/255  (255/255)
Charisme:
255/255  (255/255)

MessageSujet: Re: 41 rue Haute des Tanneurs (chez Neo)   Mar 10 Fév - 14:38

Malbrouk n'était pas fier d'avoir quelque peu secoué la charmante Neo avec toutes ces chopines qu'il lui avait mises entre les mains au point de lui faire perdre toute sa prudence à l'égard d'un rustre de son accabit...

Cependant, il n'avait pas envie d'oublier ce moment chaleureux pour ne pas dire fougueux...
drunken

Pressé de revoir la belle, il se préparait à argumenter sur la taille et la couleur du gilet qu'il avait commandé ainsi que de la cape qu'il comptait rajouter...

Il savait la Dame fragile et ne souhaitait pas l'effrayer mais la délicatesse et Malbrouk faisaient deux.

Dame Neo ! Dame Neo ???
Je viens pour vous !
Arf... Embarassed
Je viens pour vous...euh...indiquer mes quelques petites préferences concernant le gilet, je le voudrais ample et marron mais j'ai besoin de votre avis ! Very Happy
Dame Neo ?


Regardant si personne alentour ne pouvait assister à son manège, Suspect le Malbrouk sortit de sa chemise non pas une flasque mais bel et bien un...chardon



Les mains et le ventre en feu, il regardait sa fleur avec fierté, il aimait bien la couleur des chardons et on lui avait dit que les Dames aimaient les fleurs alors...

Dame Neoooooo ?

Il brossa sa barbe avec le chardon et passa une main dans sa chevelure puis tira sa chemise pour s'assurer qu'il présentait bien.

_________________


Il vous énerve ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Neoexplorateur
Tribun
avatar

Nombre de messages : 371
Métier : Tisserande
Date d'inscription : 02/07/2008

Feuille de personnage
Intelligence:
255/255  (255/255)
Force:
255/255  (255/255)
Charisme:
255/255  (255/255)

MessageSujet: Re: 41 rue Haute des Tanneurs (chez Neo)   Mer 11 Fév - 0:55

Neo achevait son repas, lorsqu’elle entendit appeler son nom…
Qui pouvait bien la quérir ?
Elle se précipita vers l’avant de sa maison, d’où provenait la voix, ample et profonde, et ouvrit rapidement, pour y découvrir… Sire Malbrouk !
Elle lui sourit et s’apprêtait à lui souhaiter la bienvenue, lorsqu’elle aperçut le chardon aux capitules d’un fuchsia intense,
qu’il tenait difficilement dans sa main…
Son sourire faillit se transformer en fou rire, en constatant le sérieux avec lequel il semblait vouloir dissimuler
les marques de douleur que devait lui causer cette plante rébarbative…
Elle lui trouvait malgré tout fière allure et se demandait s’il avait un peu de sang écossais,
pour avoir un tel attachement pour cette plante.


flower

Sire Malbrouk ! Quelle gentille attention !
Mais entrez donc et suivez-moi à la cuisine, afin qu’on puisse donner un peu d’eau à notre chardon…
Moi qui adore les fleurs !


flower

Elle s’empressa de chercher un vase adéquat, y mit un peu d’eau et, se rapprochant de Malbrouk,
le libéra de sa torture, en faisant glisser le chardon dans le vase.
Tout en faisant attention de ne pas se blesser,
elle disposa les fleurs pour les mettre en valeur, et posa le tout sur la table de la cuisine.
En se retournant, elle observa du coin de l’œil,
qu’il se frottait les mains, grimaçant légèrement.
En souriant, elle sortit rapidement un couvert,
le disposa devant lui et versa une bonne rasade de vin dans une coupe.


flower

Je terminais mon repas… Vous accepterez sûrement de casser la croûte avec moi,
tout en me racontant ce qui me vaut l’honneur de votre visite ?
Mais je vous avertis tout de suite : nous boirons moins qu’à notre dernière rencontre…
Un peu plus et je ne pouvais pas terminer votre gilet !!
Dit-elle en s’esclaffant.

flower

Ils grignotèrent, burent passablement, discutant à bâtons rompus, de tout et de rien.
Malgré ses airs bourrus, il s'avérait un homme charmant… qui de plus, se montrait particulièrement orgueilleux,
continuant à se frotter les mains, sans mot dire.
N’y tenant plus, Neo décida d’intervenir et, tout en continuant de bavarder, mit de l’eau à chauffer.
Lorsqu’elle fut satisfaite de la température, elle y ajouta quelques gouttes de vinaigre et la versa dans un bol en grès,
qu’elle apporta à la table avec quelques serviettes.
Elle rapprocha sa chaise de celle du colosse et, en lui souriant calmement, lui prît une main,
sur laquelle elle déposa une compresse d’eau chaude, calmant et nettoyant ainsi l’irritation causée par les épines du chardon.
Délicatement, elle enleva ensuite celles qui s’étaient incrustées dans la paluche de Malbrouk,
une à une, patiemment…
Il la regardait, un peu ahuri et elle se demandait quel genre de tendresse se cachait sous ses airs rudes, frustes.
Elle regarda ses lèvres et… préféra penser à autre chose.


flower

Avec tout ce babillage, nous nous éloignons passablement de la raison de votre visite…
Si j’ai bien compris, vous vouliez mon avis…
Je suis à votre entière disposition… Et prête pour l’essayage ! Si telle est votre convenance...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sir William Wallace
Cultivateur/trice
avatar

Nombre de messages : 9
Age : 104
Date d'inscription : 11/02/2009

Feuille de personnage
Intelligence:
255/0  (255/0)
Force:
255/0  (255/0)
Charisme:
255/0  (255/0)

MessageSujet: Re: 41 rue Haute des Tanneurs (chez Neo)   Mer 11 Fév - 7:17

William nouvellement arrivé en ville se promenait en quête de taverne écossaise ,entendit parler "d'Ecossais" s'approcha furtivement de la porte d'ou semblait venir ces paroles et tendit l'oreille.....

Aucun interêt.........

William reprit son chemin en direction d'une taverne en espérant trouver une fille de joie.....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malbrouk
Cultivateur/trice
avatar

Nombre de messages : 152
Métier : bléiculteur, meunier et souleur
Date d'inscription : 02/09/2008

Feuille de personnage
Intelligence:
255/255  (255/255)
Force:
255/255  (255/255)
Charisme:
255/255  (255/255)

MessageSujet: Re: 41 rue Haute des Tanneurs (chez Neo)   Jeu 12 Fév - 17:49

Un joli sourire et cette douce voix qui le fait frissonner en guise d'accueil

Sire Malbrouk ! Quelle gentille attention !
Mais entrez donc et suivez-moi à la cuisine, afin qu’on puisse donner un peu d’eau à notre chardon…
Moi qui adore les fleurs !


*eau à Notre chardon...NOTRE chardon...* drunken

Malbrouk était ravi d'entendre une telle phrase mais encore plus de la voir s'approcher de lui.
Il ne s'était pas trompé sur ses premières impressions, la belle damoiselle était resplendissante et ravifiante par sa fraicheur naturel.


Il pénétrait pour la première fois dans la demeure et tel un animal sauvage en appréciait chaque détail.
Tout était si harmonieux qu'il baissa enfin la garde pour n'admirer que sa seule et unique préoccupation : Neoexplorateur
Il lui semblait voir des fleurs sortir de sa bouche Shocked ce qui ne pouvait qu'inciter l'ivrogne à ne pas sortir sa fidèle fiole de calva et se conduire comme un homme...sage.


Je terminais mon repas… Vous accepterez sûrement de casser la croûte avec moi,
tout en me racontant ce qui me vaut l’honneur de votre visite ?
Mais je vous avertis tout de suite : nous boirons moins qu’à notre dernière rencontre…
Un peu plus et je ne pouvais pas terminer votre gilet !!


Et bien le sort en était jeté, la flasque resterait à sa ceinture d'autant plus qu'il voyait toujours les fleurs embellir la déjà bien belle demoiselle...
La conversation s'engageait et suivait un cour limpide malgré des démangeaisons qui se révélaient de plus en plus insupportables.


C'est à l'instant où il se voyait l'obligation de fuir pour plonger dans un ruisseau quelconque afin de soulager son corps des terribles attaques à retardement de la fourbe fleur à épines que Neoexplorateur s'approcha pour calmer le Malbrouk en feu.
Délicatement, la belle s'appliqua à retirer les épines de ses mains offrant en plus à l'homme le plaisir de la dévorer des yeux.


Si Malbrouk ne comprenait pas comment elle avait pu deviner qu'il était en éruption chardonesque, il n'en appréciait pas moins ses soins et ne ressentait qu'un terrible désir de goûter à ses lèvres au moment où elle lui prêta un regard attentionné...

Le silence était tel que l'on pouvait entendre le craquement du bois de la demeure mais qu'il était bon ce silence, un silence que l'on ne vit qu'en rêve.
Mon dieu, qu'il avait envie de l'étreindre dans ses bras mais il était pétrifié à l'idée d'être repoussé.
Là encore Neo le sortit du feu qui le brûlait, cette fois, de l'intérieur.


Avec tout ce babillage, nous nous éloignons passablement de la raison de votre visite…
Si j’ai bien compris, vous vouliez mon avis…
Je suis à votre entière disposition… Et prête pour l’essayage ! Si telle est votre convenance...


Essayage ? Euh...ahhhh...oui...gilet...
Le gilet ! Notre gilet !


S'évertuant à détailler son habit tel qu'il le souhaitait, le feu revint sans qu'il ne puisse se contrôler, sa main frôla la joue droite de Neoexplorateur et il s'excusa de ce geste soudain en la fixant d'un regard insistant.

Ma Dame, pardonnez moi, je vous prie, pardonnez moi, je ne suis qu'un rustre, je le sais bien et je ne veux point vous brusquer comme je l'ai fait en taverne mais je deviens fou à l'idée de ne pas vous sentir contre moi, mon corps en son entier est en ébullition et je peux vous certifier que ce n'est pas le chardon qui en est la cause !
Croyez-vous réellement que votre chaste baiser d'il y a quelques jours pouvait me suffire ?
Vous m'avez fait goûter à vos lèvres et je ne peux m'empêcher d'avoir envie de m'abandonner à cette gourmandise !


Par Aristote, ma belle Neo, gifflez moi ou ordonnez moi de sortir mais ne tardez pas car j'ai faim de vous et je me sens faiblir à trop me retenir de vous embrasser...

_________________


Il vous énerve ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Neoexplorateur
Tribun
avatar

Nombre de messages : 371
Métier : Tisserande
Date d'inscription : 02/07/2008

Feuille de personnage
Intelligence:
255/255  (255/255)
Force:
255/255  (255/255)
Charisme:
255/255  (255/255)

MessageSujet: Re: 41 rue Haute des Tanneurs (chez Neo)   Ven 13 Fév - 8:09

Estomaquée par un tel discours, Neo en resta bouche bée… durant quelques secondes…
Ravalant péniblement, elle se rendait compte qu’elle devait lui répondre…
Elle se trouvait désemparée, partagée entre le souvenir troublant du bref baiser échangé et la raison,
qui lui interdisait de se laisser aller à de tels épanchements…
Que faire, que dire… alors que cette main, qu’elle venait à peine de calmer,
avait repris vigueur et chaleur, le temps d’une caresse furtive.
Et ce regard, profond, inquisiteur, quémandeur…
la déstabilisait encore plus.
Elle ferma les yeux, un instant, imaginant ce corps en ébullition…
tellement loin de la faiblesse annoncée.




Mon sire, je n’ai nulle envie de vous gifler, bien au contraire…
Et si je vous demandais de sortir, ce serait pour nous permettre de marcher un peu,
pour calmer vos ardeurs… nos ardeurs devrais-je dire…
car vos propos m’interpellent, d’agréable façon…
Je… Nous nous connaissons à peine et déjà… Mais… Enfin… Ouf !!
Vous m’en faites perdre mon habituel babillage…
Alors, que diriez-vous, si nous allions discuter dans la prairie,
qui jouxte ma demeure…
Je crois vraiment qu’une marche nous serait salutaire…
du moins je l’espère… et instructive, qui plus est…




Elle osa le fixer, découvrant que c’était à son tour de rester interdit…
Elle profita de ce court déséquilibre, pour aller chercher leurs pelisses.
Faisant fi des convenances, elle se hissa sur la pointe des pieds
et lui accorda deux baisers sonores sur les joues.
C’est en souriant qu’elle prit Malbrouk par le bras,
et l’entraîna à l’extérieur de la maison.
Leurs premiers pas furent accompagnés d’un silence quasi religieux…
mais lorsqu’ils se mirent à parler…
rien ne semblait pouvoir les arrêter…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niark le voyageur
Vagabond(e)
avatar

Nombre de messages : 1
Métier : Boulanger et voyageur !
Date d'inscription : 13/02/2009

MessageSujet: Re: 41 rue Haute des Tanneurs (chez Neo)   Ven 13 Fév - 16:34

Niark avait parcouru Amiens de long en large en essayant de trouver la maison de Neo, mais ou pouvait bien ce nicher ce satané 41, rue Haute des Tanneurs ?! Le froid commençait à ce faire perçant et bon bon feux de cheminée ne pouvait que lui faire du bien.
Il continua donc sa recherche à travers la ville, quand il ce décida enfin à mettre de côté son honneur ,de voyageur solitaire, et demanda sa route à un passant. Ce dernière lui indiqua le chemin, dans le sens opposé que Niark avait prit... Demi tour et en marche, enfin il savait à peut prêt ou allé. Marchant un bon quart d'heure, en ce perdant par si par là, dans les petites ruelles de Amiens, enfin il vit la rue Haute des Tanneurs, ne lui restait que de la remonter pour trouver le 41 ! Marchant dans la rue, en guettant le numéro 41, enfin au bout de la rue, une petite chaumière des plus agréable, avec sur sa façade le dit numéro.
Niark allait frapper quand il ce rend compte qu'il venait les mains vide, demi tour et il parti en courant trouver un champ pour y cueillir un jolie bouquet pour la douce Neo. Fort heureusement il n'eus pas à aller très très loin pour en trouver un qui recelait d'une multitude fleurs, ce qui n'est pas banal en hivers, mais bon Niark ne chercha pas à réfléchir à ce phénomène particulier. Il ramassa un jolie bouquet qu'il ficela avec un bout de corde qu'il sorti de sac.




Niark regarda son bouquet et ce trouva plutôt s'attifait, m'enfin, fallait il encore qu'il plaise à Neo...
Il reprit la direction de la rue Haute des Tanneurs. Arrivé à la chaumière, il ce passa la main dans les cheveux, essayant de ce coiffer au maximum, et il frappa à la porte, le bouquet tendu devant lui, grand sourire aux lèvres !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malbrouk
Cultivateur/trice
avatar

Nombre de messages : 152
Métier : bléiculteur, meunier et souleur
Date d'inscription : 02/09/2008

Feuille de personnage
Intelligence:
255/255  (255/255)
Force:
255/255  (255/255)
Charisme:
255/255  (255/255)

MessageSujet: Re: 41 rue Haute des Tanneurs (chez Neo)   Lun 16 Fév - 0:40

A l'aube et dans le froid de cet hiver particulièrement long, une silhouette s'éloigne en direction de sa demeure.
Un dernier regard sur sa belle et l'ivrogne d'Amiens adossé à une vieille cabane abandonnée tente de revivre les doux moments passés de toute la journée d'hier à ceux de ce matin...


Le sourire aux lèvres, il se remémore son empressement à vouloir embrasser la charmante Néoexplorateur chez elle de surcroît et la diplomatie toute féminine de la belle qui l'invita à prendre l'air à ses côtés...

Ils avaient marché parfois dans la neige, d'autres fois en évitant la boue glissante non sans s'être crottés avec le rire en guise de compensation...

Après réflexions, ils décidèrent de se réchauffer dans une taverne pour goûter aux chopines par trop insuffisantes pour Malbrouk mais avec le secret bonheur d'être ensemble.
Fallait-il que l'ivrogne soit destiné à avoir des grabuges pour l'éternité dans ces lieux mais voilà qu'un imbécile se mit à insulter sa belle de jour en usant de termes bien peu courtois.
Non sans avoir pissé au préalable sur les chausses de l'individu qui visiblement ne s'en était même pas rendu compte, Malbrouk prit la main de Neo pour l'éloigner de toute cette bêtise.


Il n'avait pas envie de finir la journée de cette façon aussi profita-t-il de cette vieille cabane contre laquelle il était appuyé actuellement et qu'il avait aperçu au loin pour inviter la belle à se reposer le temps de reprendre son souffle. Cool

Devait-il se sentir honteux, s'était-il comporté comme une vulgaire aragne en tissant sa toile ?
Après coup, le lubrique ne voulait pas se poser la question...
pig

Plus au chaud dans cette maison délabrée, il avait pris le fin visage de Neo des deux mains et après un long silence et la fin des rires enfantins, l'avait contrainte à l'embrasser...

Comment riposter face à l'ardeur du bougre si demandeur qui pesait le double de la belle en plus ?
Sur du foin éparse, il l'avait allongée se livrant à ce que seuls ces deux corps enchevetrés peuvent savoir désormais...


Après une nuit de sommeil bien courte, les deux êtres se détachèrent pour se rhabiller sans rien dire et quelques instants plus tard, après s'être glissés des mots dans le creux de l'oreille, la belle Neo fila en cette fraiche matinée jusqu'à chez elle...

Maintenant, Malbrouk ne voyait plus qu'un petit point sur ce long chemin enneigé et murmurait

A bientôt Neo, à bientôt... I love you

Il ne doutait pas un instant, que le bonheur était à vivre aussi intensément que les misérables périodes de séparation mais il craignait d'avoir le coeur embarqué sur ce coup là...

Par Aristote, il fait soif ! M'en vais réfléchir à cette nuit passée auprès de mes tonneaux... drunken

Après tout, la bière était à ce jour sa seule confidente qui ne l'avait jamais blessé au coeur !

_________________


Il vous énerve ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Neoexplorateur
Tribun
avatar

Nombre de messages : 371
Métier : Tisserande
Date d'inscription : 02/07/2008

Feuille de personnage
Intelligence:
255/255  (255/255)
Force:
255/255  (255/255)
Charisme:
255/255  (255/255)

MessageSujet: Re: 41 rue Haute des Tanneurs (chez Neo)   Lun 16 Fév - 8:40

Un matin glauque… comme son esprit.
Elle marche rapidement vers sa demeure… son refuge.
Des larmes fuient ses yeux… qui perçoivent mal le contour des éléments qui l’entourent.
Devant chez elle… une forme.
Non !! Dans l’euphorie du moment… elle l’avait oublié.
Elle accélère le pas… chancelante de fatigue, le corps rompu.
C’est frissonnant de froid, que Neo arriva chez elle… mais est-ce seulement de froid.
Le pauvre Niark est allongé sur le banc… dans son jardin, un bouquet de fleurs serré contre lui.
Atterrée, elle n’ose le réveiller… car il lui faudra expliquer.
Une profonde respiration… ses mains, fébrilement, qui effacent toute trace de larmes.
Elle se recompose un visage…mais n’arrive pas à le rendre souriant.
Elle s’approche, indécise, coupable… de l’enfer qu’elle lui fait vivre.
Elle le secoue, délicatement… surveillant ses réactions.


flower

Niark… je m’excuse… je…
Vite, rentre… Viens te réchauffer !
Je suis désolée… j’aurais due être présente pour t’ouvrir.
Je regrette… un contre-temps fâcheux, imprévu.
La chambre d’amie est prête… elle t’attend.


flower

Péniblement, il se releva et la suivit.
Arrivée à sa porte, Neo y voit un cœur, grossièrement dessiné…
Et, par terre, un bouquet de lys et de bleuets, auquel est attachée une lettre.
Faisant abstraction des deux… elle pénètre rapidement dans la maison, suivie de Niark, un peu décontenancé par ce brusque réveil.
Elle enlève sa pelisse boueuse et aide Niark à enlever sa cape, et se dirige vers la cuisine, où elle met de l’eau à bouillir.
Elle se retourne vers son invité et lui sourit.


flower

Je vais nous préparer une tisane, pour nous réchauffer et nous permettre aussi de dormir un peu…
Car nous en avons grandement besoin, tous les deux. Je m’excuse encore… Je suis navrée…
Je prépare aussi un peu de nourriture… pour nous redonner des forces.


flower

Elle s’active dans la cuisine, le temps que l’eau bout, babillant pour ne pas avoir à expliquer son absence.
Elle lui sert un quignon de pain, accompagné de fromage et de quelques raisins secs, et apporte finalement la tisane fumante.
C’est dans le calme du petit matin qu’ils grignotent un peu… avant que Neo dirige Niark vers la chambre d’amis.

flower

Elle revient à la cuisine, pour ranger un peu… mais son esprit est ailleurs.
Oh ! la lettre ! Elle se précipite dans l’entrée, où elle avait déposé la missive et le bouquet.
Elle n’a même pas eu le temps de mettre celui de Niark dans un vase.
Elle jette un coup d’œil sur le chardon et, incapable d’y adjoindre les deux autres, part à la recherche d’un contenant pouvant les recevoir.
Après avoir jeté un dernier regard sur le vase au chardon, elle va placer le nouveau bouquet au salon et y apporte aussi la lettre.
Elle se laisse choir dans un fauteuil et l’ouvre, fébrile et incrédule…
Il n’a pas pu lui écrire… pas déjà, impossible… Non. Ce n’est pas lui…
Elle parcourt la missive, de plus en plus étonnée…


bonjorn estrela ,

je vous ecrit se jour pour vous faire part
des sentiments que j'ai a votre egars
certe je ne suis pas bon parti
mais je ne peut etre que votre ami
mon coeur saigne a chaqu'un de vos refus
cette douleur me ronge et me tu

je ne peut vous offrir de l argent , des vetements ou une demeure ,
mais mon amour , vous appartiendra toujours .


bonne journée

epsi


Elle referme la lettre… envahie d’une grande tristesse.
Epsi, son pauvre Epsi… Comment a-t-il pu s’imaginer…
Pourtant, elle lui a parlé de Niark, de ses hésitations, d’un éventuel voyage.
Elle soupire… se disant qu’elle devra le revoir. Essayer de lui expliquer encore…
Elle regarde le bouquet, touchée, émue… Et regagne sa chambre.

flower

Elle sent le froid la traverser… même sous ses couvertures.
Elle aurait dû se laver… mais ne le peut. Son odeur !
Elle ferme les yeux et le sent encore sur elle… imposant par son poids, mais aussi par la puissance de son désir.
Avait-elle protesté ? Au début, peut-être, après le suave baiser qui l’avait prise de court… lorsqu’il l’avait allongée sur la paille.
Mais ses gestes d’abord rudes, rageurs, expéditifs, étaient peu à peu devenus doux, lents, sensuels…
Comment lui résister… Mais elle se rendait compte… qu’elle… n’avait pas eu envie de lui résister… ou si peu...
Depuis leur première rencontre… depuis leur premier baiser, en taverne…
Elle s’était montrée quasi obsédée par ce baiser mais avait préféré tenter de l’oublier…
Elle lui avait confectionné son gilet, avec attention, soin et diligence, afin de le revoir rapidement.
Mais, qu’est-ce qui l’attirait en lui ? Ce n’était pourtant pas son type d’hommes…
Elle se comprenait à peine… mais savait que son corps, lui, le réclamait…
Elle fixa le plafond… incapable de dormir.
Elle ressassait inlassablement les caresses reçues… celles qu’elle avait osé donner…
Son cœur battait à tout rompre, pendant que des larmes sillonnaient son visage.
Mais un tel homme n’accepterait certainement pas de la revoir…
Elle n’était probablement qu’une passade, un jouet entre ses mains…
D’ailleurs, lorsqu’ils s’étaient rhabillés, ils avaient échangé très peu de paroles… trop peu…
Donnerait-il suite ? Lui écrirait-il ? Reviendrait-il la voir ?
Elle l’espérait… le voulait tant !

flower

Un faible sourire illumina son visage : il lui avait mentionné vouloir une cape, en plus du gilet…
Elle ferma les yeux… souhaitant de tout cœur qu’il revienne la voir… pour les mesures.

Peu de temps après… de doux rêves accompagnaient son sommeil…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malbrouk
Cultivateur/trice
avatar

Nombre de messages : 152
Métier : bléiculteur, meunier et souleur
Date d'inscription : 02/09/2008

Feuille de personnage
Intelligence:
255/255  (255/255)
Force:
255/255  (255/255)
Charisme:
255/255  (255/255)

MessageSujet: Re: 41 rue Haute des Tanneurs (chez Neo)   Mar 17 Fév - 16:38

Seul sur son pommier, Malbrouk avait cherché des heures et des heures une excuse pour revenir de façon naturelle chez sa belle de jour qui s'était transformée en belle de nuit...

Quand un éclair de génie le foudroya sur place.


MON GILET !!! Idea

Il plongea son visage dans un seau d'eau fraiche et partit au plus vite chez Neoexplorateur.

Plus il s'approchait, plus des frissons l'envahissaient, il n'était pas sûr d'être bien accueillis au fond mais qu'importe, il fallait qu'il la voit, qu'il lui parle, il voulait la serrer, l'étouffer de son désir et rien ne pouvait le retenir d'au moins se présenter devant elle.


Arrivé devant la porte, un seul désir sous fond de coeur battant : l'embrasser.

Crénom, contrôle toi Malbrouk, contrôle toi...Tu viens pour le gilet à la base, n'oublie pas...le gilet !

Une rasade de calva pour se donner du courage et les machoires serrées au cas où elle lui flanque une gifle même si une gifle de sa part lui paraitrait doux au contact.

Dame Neo !!!

*non...*

Neo ? C'est Malbrouk ! Ouvre moi que diable, j'ai froid ! Cool

Bougre de menteur, il était chaud comme la braise !

_________________


Il vous énerve ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Neoexplorateur
Tribun
avatar

Nombre de messages : 371
Métier : Tisserande
Date d'inscription : 02/07/2008

Feuille de personnage
Intelligence:
255/255  (255/255)
Force:
255/255  (255/255)
Charisme:
255/255  (255/255)

MessageSujet: Re: 41 rue Haute des Tanneurs (chez Neo)   Mer 18 Fév - 8:46

C’est du creux de son lit, que Neo entendit les cris de Malbrouk…
Son cœur ne fit qu’un bond, dans sa poitrine…. IL était là…
MALBROUK… était là !!! Mais que disait-il… que voulait-il ?!?
Elle sauta du lit, sa seule chemisette pour tout vêtement…
et descendit les marches en catastrophe, alors qu’il beuglait :



"Neo ? C'est Malbrouk ! Ouvre moi que diable, j'ai froid"


Il avait froid… le pauvre… Mais, elle aussi !!
Se rendant compte qu’elle était presque nue, elle lui cria,
tout en regardant fébrilement aux alentours :



Malbrouk…. Je… J’arrive, bientôt !!! Le temps de… J’ouvre…


Elle se précipitait partout, à la recherche de quelque chose pour se couvrir… et ne trouvait rien…
Elle passa au salon, où une couverture traînait… Probablement celle que Niark avait laissée, avant de partir.
Elle s’en recouvrit les épaules et l’ajusta à l’avant, pour camoufler sa chemisette…
Elle se regarda dans la glace qui trônait au dessus du meuble de l’entrée…
IL était à quelques enjambées seulement…
Et elle faisait peur !! Échevelée… les yeux cernés par sa nuit dans la cabane…
Il continuait à crier son nom…
Il fallait répondre coûte que coûte…Qu’allait-il penser ?
Cette idée de venir si tôt… Mais non, voyons !!
Tout dépendait ce qu’il lui voulait… Et si…
Et elle, qui avait rêvé de LUI tout au long de ce qui lui avait servi de nuit.
Elle prit une profonde inspiration… et ouvrit la porte, toute grande,
essayant de se composer un sourire, alors qu’elle tremblait de peur,
de hâte, d’envie, de… de quoi au juste… plus le temps d’y penser…




Malbrouk… qu’est-ce qui vous amène de si bonne heure ?

Mais le soleil, qui éclaboussait l’entrée, lui indiquait qu’elle avait traînée indûment au lit…
Tout en rougissant, elle poursuivit, confuse, troublée…



Oh !! mais il est tard, finalement…. C’est moi qui…
Mais entrez donc… vous semblez avoir froid… et je vous fais attendre…


IL passa devant elle… et sa seule odeur l’électrifia… la même que la veille où…
Mais déjà, elle le suivait, alors qu’il pénétrait dans la maison, se dirigeant d’un pas assuré, vers la cuisine,
lui expliquant qu’il était venu chercher son gilet.
Déçue, elle était… Comment avait-elle pu penser qu’il venait pour le seul plaisir de la revoir…
Mais lorsqu’il se retourna… elle vit la transpiration perler sur son front…
Elle s’approcha de lui et, faisant fi de sa bonne éducation… et de sa gêne,
leva une main pour le toucher, laissant retomber la couverture et découvrant ainsi son épaule.
Ses doigts effleurèrent son front…


Mais… Sire Malbrouk, vous êtes fiévreux ! Vous êtes…



Elle le fixa, obnubilée par ce regard soutenu, devinant rapidement
que la fièvre qui le tenaillait n’était point le fait d’une maladie…
à moins que l’on considère le désir comme en faisant partie…
mais si tel est le cas… elle avait la même !
Tremblante, elle baissa la main, prit un pan de la couverture pour lui essuyer le front,
tout en continuant à chercher des signes d’approbation dans ses mimiques,
dans son regard… Et ce qu’elle y vit l’enivra…
Ce regard, salace, la détaillait, alors que la couverture avait encore glissée…
Le désir qui l’avait accompagné, tout au long de cette nuit mémorable,
grugeait à un tel point sa volonté, qu’elle fit un pas de plus,
sans trop s’en rendre compte… Sa respiration s’amplifia…
Son pouls s’accéléra, juste avant de lever l’autre main,
pour LUI prendre le visage… et l’embrasser fougueusement.
Surprise de son audace, elle recula, honteuse…




Malbrouk… Je vous…. Je te…..
Cette nuit fut pour moi une révélation…
Tes mains sur moi… Ta douceur… Ta patience…
Tu m’as…. Je….. J’aimerais tellement…


Et la couverture s’empila, en un doux mouvement,
aux pieds de Neo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malbrouk
Cultivateur/trice
avatar

Nombre de messages : 152
Métier : bléiculteur, meunier et souleur
Date d'inscription : 02/09/2008

Feuille de personnage
Intelligence:
255/255  (255/255)
Force:
255/255  (255/255)
Charisme:
255/255  (255/255)

MessageSujet: Re: 41 rue Haute des Tanneurs (chez Neo)   Jeu 19 Fév - 18:50

Les lèvres brûlantes de cette audace, Malbrouk, victorieux et profondément touché, sentait les premiers symptômes qui lui étaient propres, une musique dans la tête l'envahissait pendant que Neo qu'il désirait tant se perdait dans le flou des mots.

Malbrouk… Je vous…. Je te…..
Cette nuit fut pour moi une révélation…
Tes mains sur moi… Ta douceur… Ta patience…
Tu m’as…. Je….. J’aimerais tellement…


Il lui posa l'index sur la bouche et d'un ton complice lui glissa

Chuuuuut...approche Neo, viens ma Neo...

Il la porta tout contre lui et l'embrassa avec fougue, tournant sur lui même encore et encore à s'en donner le vertige.
Le plaisir de se retrouver dans un même élan les faisaient rire.
Il n'était plus question de doute ni de malaise, la demeure rayonnait de bonheur avant de résonner de passion charnel.


Peu importe l'endroit, ils devaient assouvir cette melopée de désir...

Laissant le temps proclamer son inépuisable besogne, Neo et Malbrouk, eux, en avaient oublié l'existence sous les feux ardents du plaisir

Les corps nus et entremêlés sous une couverture, fatigué de trop d'amour mais tellement avide de tendres caresses désormais, le couple discutait de tout et de rien, riant de chaque instant et se laissant aller à quelques confidences dont une existencielle pour le Malbrouk


Neo, je n'ai pas bu une goutte de calva ! Suspect
Je dois couver quelquechose... pale
Ah non...Alors...hum...
Souhaiterais-tu aller au bal des amoureux dans la gargotte ?


Tu me prépareras mon gilet et le Mantel, tu m'habilleras à ton goût et j'avancerai fièrement à tes côtés...

Tu es mienne désormais mais pour le temps qui te sierra alors vivons chaque instant comme si c'était le dernier...

Tellement de différences entre ces deux êtres et pourtant ce petit quelquechose qui faisait que Malbrouk se sentait si bien proche de Neo, un petit rien qui fait un grand tout..parfois.

_________________


Il vous énerve ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Neoexplorateur
Tribun
avatar

Nombre de messages : 371
Métier : Tisserande
Date d'inscription : 02/07/2008

Feuille de personnage
Intelligence:
255/255  (255/255)
Force:
255/255  (255/255)
Charisme:
255/255  (255/255)

MessageSujet: Re: 41 rue Haute des Tanneurs (chez Neo)   Sam 21 Fév - 9:27

Bien au chaud, dans les bras de Malbrouk,
le corps repu de tant de caresses, Neo sillonnait le poitrail de son amoureux,
du bout de son index, lorsqu’il lui murmura à l’oreille :


Tu es mienne désormais mais pour le temps qui te sierra
alors vivons chaque instant comme si c'était le dernier...


Tout son corps tressaillit…
Ce corps, qu’elle découvrait vraiment, entre ses mains et ses lèvres habiles,
temple qu’il avait honoré à maintes reprises,
au cours de cette inoubliable journée.


flower

Oh ! Malbrouk ! Tienne ?? Je le serai, corps et âme,
et pour l’éternité, si tel est ton souhait.
Je t’aime, je t’aime, je t’aime…


Dit-elle tout en ponctuant chaque affirmation d’un bécot retentissant
sur différentes parties de son corps.
Elle le regardait, croyant à peine à l’ampleur de son bonheur…
Ce corps, dont elle découvrait peu à peu les méandres et les attraits,
la fascinait.
Mais plus encore, cette âme, qui osait se révéler à elle, l’obnubilait,
la charmait par sa candeur et par toute la tendresse
qui suintait maladroitement mais efficacement.


Neo, je n'ai pas bu une goutte de calva !
Je dois couver quelquechose...
Ah non...Alors...hum...


Mais je ne veux surtout pas que tu souffres
à cause de moi !


flower

Faisant fi du froid ambiant, elle se détacha de Malbrouk et,
croisant les bras sur sa poitrine, se précipita pour mettre une bûche dans l’âtre
et courut à la cuisine y quérir deux verres et son fameux Armagnac.
Elle revint auprès de lui tout aussi rapidement,
observant avec satisfaction son sourire égrillard et son regard qui la détaillait,
avant qu’elle ne glisse à nouveau sous la couverture, lui tendant un verre.


Désolée !! Il ne me reste plus de Calva.
Mais tu sauras certainement apprécier mon Armagnac.
En passant, il y en a d’autres, à la cave.
Je ne veux point que tu sois en manque de quoique ce soit…


Elle rigolait, tout en rougissant, lorsqu’elle ajouta :


… à l’exception… de moi… ou de mon corps.

flower

Elle l’embrassa pour camoufler sa gêne…
mais aussi pour calmer son envie de lui…
qui toujours présente, la taraudait.
Elle le regardait ingurgiter l’Armagnac, après s’être resservi,
espérant secrètement que ça lui redonnerait quelque ardeur…
avant qu’ils ne s’endorment pour la nuit.
Cette pensée seule suffisait à l’enflammer.
Elle la chassa, le temps d’ajouter :


Mais ai-je bien entendu ?
Tu veux m’emmener au bal des Amoureux ??


Il opina de la tête, ajoutant :


Tu me prépareras mon gilet et le Mantel,
tu m'habilleras à ton goût et j'avancerai fièrement à tes côtés...


Elle lui sauta au cou, lui faisant renverser,
par le fait même, quelques gouttes de la fameuse boisson qui éclaboussèrent leurs poitrines.


flower

Si tu savais à quel point je serais ravie de t’y accompagner.
Soit sans crainte, tout sera prêt à temps
et tu seras beau comme un cœur.
Que j’ai hâte !! Mais en attendant, il faut réparer ce dégât.


Neo le regarda avec un sourire coquin,
tout en approchant de lui,
sapant avec ravissement chaque goutte renversée,
regrettant même qu’il n’y en ait pas davantage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malbrouk
Cultivateur/trice
avatar

Nombre de messages : 152
Métier : bléiculteur, meunier et souleur
Date d'inscription : 02/09/2008

Feuille de personnage
Intelligence:
255/255  (255/255)
Force:
255/255  (255/255)
Charisme:
255/255  (255/255)

MessageSujet: Re: 41 rue Haute des Tanneurs (chez Neo)   Mar 24 Fév - 22:45

Par tous les Saints ! De l'armagnac ! Shocked

Il s'agissait de ne pas se jeter sur la boisson mais la tentation était forte tout comme celle de dévorer le corps de la belle dénudée qui oeuvrait pour ne point laisser une goutte sur le torse brûlant du Malbrouk.

Il la parcourait des yeux et la trouvait tellement délicieuse, des idées barbares l'envahissaient, il fallait agir sans paraître sauvage.

Ma douce ? Force est de constater que la bouteille est déjà bien entamée, je m'en vais en chercher une autre afin de ne pas être à la peine si vous me le permettez ?

Cachant son attribut en placant sa chemise devant, il en oublia qu'il n'y avait rien derrière mais il fallait qu'il prenne un coup de froid de toute urgence dans la cave afin de calmer ses ardeurs pour le moins animales.

*C'est vrai quoi, pour qui elle va me prendre si elle savait tout ce qui passe dans ma tête* pig

Arrivé dans la réserve, lieu qu'il était capable de repérer n'importe où, il s'efforca d'y rester le plus longtemps possible.

Une fois la pulsion qu'il imaginait passée, il revint sans une bouteille pour paraître encore plus ridicule.

Mais à la vue même de sa muse allongée et dans l'attente de son retour, le lubrique ne contrôla plus rien.

Il lanca sa chemise et s'écria


Neo, je vous désire et je n'arrive pas à me ressaisir, souffrez que je plonge sous la couverture afin de remédier à ce soucis.
Souffrez que je...ôôô...et puis zut !


Il amorca une attaque violente et sans concession sur la belle, l'empêchant de riposter ou de répondre et lui confia tout en la dévorant.

C'est l'Armagnac ! C'est l'Armagnac, j'suis très sensible à l'Armagnac !
Mais çà va se calmer...je vous le promets !


Vous sentez bon, vous sentez si bon...vous comprenez ? n'est-il pas ?

*Tu devrais avoir honte Malbrouk ! Vraiment !* Evil or Very Mad

De toute évidence, tout celà allait se calmer et Neo pourrait commencer à l'habiller sur mesure pour ce fameux bal des amoureux après une courte nuit de repos du guerrier, enfin...C'était à espèrer...

_________________


Il vous énerve ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Neoexplorateur
Tribun
avatar

Nombre de messages : 371
Métier : Tisserande
Date d'inscription : 02/07/2008

Feuille de personnage
Intelligence:
255/255  (255/255)
Force:
255/255  (255/255)
Charisme:
255/255  (255/255)

MessageSujet: Re: 41 rue Haute des Tanneurs (chez Neo)   Jeu 26 Fév - 1:13

Perplexe, elle le regardait marcher vers l’escalier de la cave…
Elle avait à peine lapé la dernière goutte, qu’il avait bondi sur ses pieds.
Connaissant ses prédispositions pour la boisson,
Neo soupçonna aussitôt qu’il était… en manque.
Pauvre lui !! Pauvre elle, aussi… qui n’avait pas su comment l’en distraire…
qui n’arrivait pas à compenser ce besoin...
Mais… c’est qu’il en prenait du temps… le bougre…
Elle sourit tristement en s’imaginant qu’il faisait honneur à sa cave… en solitaire.
Elle se rallongea sur les couvertures, attendant son retour…
la tête remplie d’images sulfureuses… lorsqu’elle l’entendit remonter.



Malbrouk… son Malbrouk… son amour de Malbrouk…
Ce qu’il pouvait être touchant, avec sa chemise,
cachant à peine son corps vigoureux…
ce corps qu’elle désirait tant…
Elle ne remarqua même pas l’absence de bouteille,
obnubilée par le tableau qui s’offrait à elle…
maintenant que la chemise n’entravait plus… son champ de vision…
le détaillant minutieusement, alors qu’il fonçait sur elle…
tel un oiseau de proie…
Elle devrait éventuellement remercier Aristote,
pour ce cadeau du ciel… mais une autre fois.
Quel Homme !
Quelle puissance féline se dégageait de son corps robuste…
Ses cuisses… fermes et velues…qui savaient si bien la supporter… l’emprisonner…
Sa poitrine… qui se soulève lorsqu’il l’approche…
qui souvent l’écrase… la comprimant, délectable étreinte…
Ses bras robustes, s’ouvrant pour la recevoir, l’enlacer…
Son bas-ventre… qu’elle fixe avidement… dont l’attribut principal…
proéminent, la nargue… la pointe… la submergeant de désir…
Elle entend à peine ses paroles…




Neo, je vous désire et je n'arrive pas à me ressaisir…
je plonge … afin de remédier à ce souci…
Souffrez que je...ôôô...et puis zut !...
C'est l'Armagnac !... Mais çà va se calmer...
Vous sentez si bon...vous comprenez ? n'est-il pas ?




… et tout s’embrouille lorsqu’il la renverse… sauvagement…
Déroutée, décontenancée… elle ne peut retenir un cri saccadé, rauque…
qui se transforme en un gémissement soutenu…
Ses mains… sa langue… ses gestes… Tout…
Tout est tellement soudain, presque violent…intrusif…
mais la chamboulant tout à la fois…
réalisant qu’elle s’était trompée… sur toute la ligne…
C’était elle, qu’il désirait si fougueusement… Elle…
Pantoise, sous l’impétuosité de l’assaut…
commençant à éprouver une certaine forme de volupté… d’euphorie…
Secouée… saccagée… comblée…
La tête lui tournant… l’esprit confus…
le corps assoiffé de nouvelles caresses...
désireux de déchaînements soudains… de frénésie… de délectation…
Lui… qui occupe chaque parcelle de son corps frémissant…
Lui… qui, loin de se calmer… l’entraîne dans un tourbillon d’émotions…
Lui… qu’elle entend geindre de plaisir… en même temps qu’elle…
Confusion… attraction… dévastation… satisfaction…
Malbrouk retombe sur elle… inerte…
leurs deux corps enchâssés… fusionnés… prisonniers… épuisés…
Comprendre ?? Comprendre quoi ?
Neo n’en sait trop rien… mais elle se délecte… et approuve…
Aucune parole échangée… à part leurs grognements,
langage quasi animal… Mais que dire !
Juste avant de s’endormir, sa dernière pensée fut pour remercier Aristote
pour les vertus aphrodisiaques… de l’Armagnac…
et pour les moments oniriques qu’il lui permettait de vivre,
avec autant d’intensité…
Et pour aussi, et surtout…
avoir mis Malbrouk sur sa route…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Neoexplorateur
Tribun
avatar

Nombre de messages : 371
Métier : Tisserande
Date d'inscription : 02/07/2008

Feuille de personnage
Intelligence:
255/255  (255/255)
Force:
255/255  (255/255)
Charisme:
255/255  (255/255)

MessageSujet: Re: 41 rue Haute des Tanneurs (chez Neo)   Lun 9 Mar - 2:16




Elle lança la bouteille à travers la pièce.
Sa colère était grande, son incompréhension encore plus…
Pas un mot, pas un signe, pas un souffle…
Elle tournait en rond, tel un lion en cage…
Le vieux bougre était certainement retourné à sa dive bouteille…
Et bien, tant pis… s’il la préférait à elle !
Des larmes de dépit sillonnaient ses joues.
Elle les essuya rageusement, ravalant sa fierté,
et commença à préparer son baluchon.
Elle en avait marre d’attendre.
D’attendre quoi d’abord !
Ce qu’elle avait été sotte,
d’espérer plus que quelques échanges de fluides,
plus que quelques paroles creuses lancées en l’air.
Et elle l’avait cru…
et elle avait cru que leur histoire était possible.
Elle regarda sa robe, préparée avec soin, pour le bal des Amoureux.
Foutaise que tout ça !
Elle la rangea dans son placard,
afin d’oublier cette futile invitation.
Sa voix raisonnait encore dans ses oreilles.
Elle tenta de l’en chasser,
comme elle tentait d’occulter les scènes torrides qui la tenaillaient.
Avait-elle rêvé tout ce cirque ?
Il n’avait que profité de sa naïveté…
Ce qu’elle s’en voulait !
Dans les bras de quelle autre damoiselle était-il, à cette heure ?
Elle préférait s’en foutre, sinon elle aurait trop de mal…
Il fallait qu’elle parte !
Qu’elle fuit Amiens…
Qu’elle le fuit…



Elle regarda autour d’elle, haussant les épaules devant le désordre…
Elle claqua la porte, ne prenant même pas la peine de la barrer,
et s’éloigna d’Amiens par le chemin qui serpentait à travers champs,
passant près de leur cabane, sans s’arrêter…


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malbrouk
Cultivateur/trice
avatar

Nombre de messages : 152
Métier : bléiculteur, meunier et souleur
Date d'inscription : 02/09/2008

Feuille de personnage
Intelligence:
255/255  (255/255)
Force:
255/255  (255/255)
Charisme:
255/255  (255/255)

MessageSujet: Re: 41 rue Haute des Tanneurs (chez Neo)   Ven 13 Mar - 1:31

Malbrouk avait quitté la belle Neo de très bonne heure pour se préparer assidument à sa rencontre de Soule contre Pontarlier...

C'est qu'il était pas peu fier d'avoir amené les requins d'Amiens jusqu'à ce stade de la compétition, de toute évidence, le regretté Zoggy aussi aurait été fier de lui.

Mais il avait négligé une chose essentielle, c'était la correction à l'égard de la feminité et les promesses qu'il fallait tenir.
Lui qui avait passé son temps dans les bordels de la cour des miracles, devait apprendre la correction et la douceur avec les femmes et c'était loin d'être acquis.
A son goût et pour son esprit étroit, un gros câlin était signe de respect pour une donzelle mais c'était là encore loin d'être le cas.
Depuis qu'il était à Amiens, il devait changer bien des choses dans ses habitudes d'ivrogne, il n'avait plus le droit de pelotter les fesses de sa voisine de taverne, il ne devait plus proposer des petites parties de jambes en l'air à la première venue et pire encore, il devait apprendre à être courtois et élégant en se limitant à baiser...la main... Neutral

En fait, Malbrouk était un primate de qualité supérieur même s'il ne le savait pas...


C'est donc après une semaine d'entrainement intensif à incurgiter l'intérieur des tonneaux de bière de Tastevin et à manger de l'ail pour s'assurer de la dangerosité de son haleine pour ses futurs adversaires qu'il décida de se faire masser le ventre par ce qu'il pensait être sa possession, sa petite femme rien que pour lui.

Il s'approcha de la maison pour y trouver porte close.


Neo ? NEEEEOOOO ?
Mais où que t'es donc passée ?
...
Coquine, tu veux jouer à cache-cache c'est çà ?
Groaw !!! Je suis le méchant loup et je vais te maaannnnger ! GROAW !!!


Il lui fallut une bonne heure d'immitations diverses de loup, d'ours et même de poulette pour comprendre qu'elle était vraiment partie...

Il ne comprenait plus rien, il l'aimait bien sa petite Neo, ce n'était pas qu'une histoire de "baise autre chose que la main", il aimait bien son odeur, sa voix, ses yeux verts et sa fragilité, ses mots qui le berçait de tant d'insouciance.
Il savait bien qu'elle avait connu de nombreux hommes avant lui mais il estimait avoir pissé aux quatre coins de la chaumière pour assurer son territoire...


Selon lui, un mâle plus viril était passé par là alors il alla sentir un peu partout mais rien, absolument rien...

Il ne pouvait pas se douter que son concurrent n'était autre que lui même...

Il prit son couteau et inscrivit sur l'écorce de l'arbre le plus proche :

Citation :
GEU SOUI A LA SOULLE TAI HOU


puis il se dirigea près de la porte et dessina au sol une maison avec un homme et une femme à l'intérieur en rajoutant

NEO EST MALBROUK

Le romantisme venait de faire ses premiers pas sur le continent... Laughing

Il s'éloigna alors pour repartir s'entrainer sans avoir eu droit à son massage et surtout sans se douter qu'il ne reverrait certainement plus sa Neo, sa possession...

_________________


Il vous énerve ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaidelachance
Géomètre plus ou moins fou ... du Conseil Municipal


Nombre de messages : 593
Métier : Chasseuse de Poules
Date d'inscription : 04/08/2008

Feuille de personnage
Intelligence:
255/255  (255/255)
Force:
255/255  (255/255)
Charisme:
255/255  (255/255)

MessageSujet: Re: 41 rue Haute des Tanneurs (chez Neo)   Ven 13 Mar - 11:12

Un pigeon paniqué arriva sur le rebord de la fenêtre de Néo.

Citation :


Chère Néo,

J'ai craqué, je me suis mise dans la merdoume pale

Je ne sais pas ce qui m'a pris, je me suis mise en tête d'organiser un feu de joie Vendredi prochain sous ma cabane alors que je ne sais même pas cuisiner un vieux morceau de pain sec.

J'ai déjà envoyé quelques invitations mais j'ai oublié de dire aux gens de ramener un petit quelque chose, tout le monde va mourir de faim .

Je fais quoi, je me pend à mon arbre ? pale

Si tu pouvais m'envoyer quelques recettes ( ou une corde ) ça me sauverait la mise, j'aimerais éviter le lynchage public...

Je t'embrasse fort, tant que je peux encore ... pale


Jaid.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Candye du Meslay
Cultivateur/trice
avatar

Nombre de messages : 9
Date d'inscription : 07/03/2009

MessageSujet: Re: 41 rue Haute des Tanneurs (chez Neo)   Sam 14 Mar - 22:38

Candye avait enfin fait la connaissance de sa marraine plus tôt dans la journée lors d'une rencontre en taverne.

Les deux femmes avaient tout de suite sympathisées et Néo avait invité Candye à passer faire un tour chez elle.

Aussi, ayant terminé son travail du jour, elle passa chez elle pour apporter un plein panier de victuailles pour les offrir à Néo, prit quelques bouquets de lavande et se dirigea vers la demeure de sa marraine.

Lorsqu'elle arriva elle l'aperçut appuyée sur le rebord de la fenêtre, regardant un pigeon qui venait de s'y poser.

Candye leva les yeux vers elle en souriant.


Néooooooooo, coucou c'est moi! Je passais t'apporter quelques petites choses pour te démontrer ma reconnaissance et mon amitié qui t'es désormais acquise!

Je te dérange?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Neoexplorateur
Tribun
avatar

Nombre de messages : 371
Métier : Tisserande
Date d'inscription : 02/07/2008

Feuille de personnage
Intelligence:
255/255  (255/255)
Force:
255/255  (255/255)
Charisme:
255/255  (255/255)

MessageSujet: Re: 41 rue Haute des Tanneurs (chez Neo)   Dim 15 Mar - 19:09

Neo était rentrée la veille, de Bertincourt.
Désillusionnée par son court séjour, elle en ressassait les différents évènements,
sans trop comprendre l’attitude de Dalmas, avec lequel elle devait voyager un brin.
Il avait brillé par son absence…
Ils n’avaient pas eu loisir de s’entendre sur un départ…
ce qui faisait qu’elle se retrouvait à son point de départ…
alors que lui bourlinguait à Azincourt !
Pourquoi était-ce toujours aussi compliqué ??



Dès son arrivée, elle avait pu constater que Malbrouk s’était manifesté !!
Elle aurait dû s’en réjouir… mais en était incapable…
la colère grondant encore trop fortement dans son esprit…
Non mais… Pensait-il que le seul fait de la relancer suffirait à la ramener dans ses bras ??
Quel culot !!



Le vieux bougre avait de plus blessé un de ses arbres,
afin de lui laisser un message qu’elle avait d’ailleurs eu quelques difficultés à déchiffrer.


Citation :
GEU SOUI A LA SOULLE TAI HOU



Être aussi bien engueulé et écrire aussi mal ! Était-ce Dieu possible ?
Il faudrait qu’elle l’aide un peu… si jamais elle se décidait à le revoir…
Non mais ! Pour qui se prenait-il ?
Il pensait vraiment qu’en rappliquant ainsi et en sabotant son arbre de sa question idiote,
il réussirait à l’attendrir ??
À se faire pardonner son silence ???
Deux semaines… deux semaines sans nouvelles !!! Et il pensait quoi ??
Qu’elle l’attendrait patiemment, telle une Pénélope de pacotille ???
Pendant que Mon Sire, se prélassait on ne sait trop où…
prétextant des pratiques de soule… Pfffffffff…… Ces hommes !!



Heureusement qu’elle avait eu la missive de Jaid,
pour la distraire de ses sombres pensées, de ses questionnements…
Elle lui avait répondu promptement
et attachait justement sa réponse à la patte du pigeon,
lorsqu’elle entendit :


Citation :
Néooooooooo, coucou c'est moi!
Je passais t'apporter quelques petites choses
pour te démontrer ma reconnaissance et mon amitié
qui t'es désormais acquise!

Je te dérange?




Elle leva la tête et sourit, en reconnaissant Candye, sa filleule,
accompagnée de Diabolo…
Elle courut à leur rencontre, ravie d’avoir des visiteurs…




Si tu me déranges ?? Bien sûr que non !!
Je suis trop contente de te revoir. Tu as bien fait de passer me voir…
Et tu as eu la bonne idée de sortir Diabolo de la taverne… Super !
Mais ce n’était pas nécessaire d’apporter tant de cadeaux !!
Ta seule présence aurait suffie !




En se retournant vers la porte, pour les inviter à entrer,
son regard fut attiré par un dessin au sol…
Une maison, avec deux personnages à l’intérieur,
sommairement dessinés… le tout accompagné d’une inscription:


NEO EST MALBROUK

Mais… depuis quand était-ce là ??
Elle ne l’avait pas remarqué avant…
Il est vrai que la brunante était tombée, à son arrivée…
Le cœur battant la chamade, elle se retourna vers Candye et Diabolo, ahurie…
Avaient-ils remarqué le croquis et le message ???
Elle se précipita dans la maison et les invita à entrer…




Venez vite ! Entrez donc vous rafraîchir un peu…
J’ai une bouteille de vin au frais…
Et avec tout ce que tu viens de m’apporter,
Candye, de quoi nourrir une armée !!




Elle tenta de sourire, tout en les entraînant vers la cuisine,
mais elle restait quelque peu songeuse,
n’arrivant pas à décortiquer adéquatement les éléments d’explications,
laissés par Malbrouk, à son intention.
Voulait-il lui dire que… ELLE et LUI… s’était encore possible ???
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Candye du Meslay
Cultivateur/trice
avatar

Nombre de messages : 9
Date d'inscription : 07/03/2009

MessageSujet: Re: 41 rue Haute des Tanneurs (chez Neo)   Lun 16 Mar - 5:43

Candye était enchantée de revoir sa marraine. Cependant, elle crue déceler une légère inquiétude sur son visage. Aurait-elle quelques soucis?

Candye décida que ça ne la regardait pas et que si sa marraine avait besoin de discuter, elle savait très bien qu'elle pouvait compter sur elle et sur sa discrétion.

Suivit de Diabolo qui avait eu la gentillesse de l'accompagner et sur l'invitation de Neo, ils entrèrent tous les deux à la suite de sa marraine.


Ohhhhhh mais dis donc! C'est très joli chez toi et tu y es très bien installée! C'est vraiment charmant et invitant!

J'ai bien hâte de terminer mon installation moi aussi. Mais avec les moutons... lorsque je reviens le soir, je suis si épuisée! Mais bon... chaque chose en son temps. Au moins j'ai un toit sur la tête maintenant! Quant au reste... ça viendra avec le temps.

Alors buvons à notre rencontre et à notre amitié! Qu'en dis-tu? Et toi aussi Diabolo, tu es un ami maintenant.


Elle se retourna vers lui et lui adressa un clin d'oeil amical.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 41 rue Haute des Tanneurs (chez Neo)   

Revenir en haut Aller en bas
 
41 rue Haute des Tanneurs (chez Neo)
Revenir en haut 
Page 6 sur 11Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 5, 6, 7 ... 9, 10, 11  Suivant
 Sujets similaires
-
» Soirée du Vendredi 27 aout 2010 chez Blutch
» CR Haute Normandie - 11/04/2010 - St Romain de C.(76)
» Quelques "Case Blue" chez MMP
» Envoi de SMS gratuits depuis Chez Patapwet avec Google Agenda !
» Du nouveau chez Grenadine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LES RUINES D'AMIENS :: Les Rues d'Amiens :: Quartier des Artisans :: Rue Haute des Tanneurs-
Sauter vers: